Venus #1

  • Venus #1

    Installation interactive avec le son

    Antoine Schmitt, 1998

    Ordinateur, algorithme de comportement, écran LCD

    Venus #1 est une entité artificielle dotée d’une oreille et d’un corps. Son rapport au monde, son Umwelt, se limite à une seule chose : bouger sur la musique. Lorsqu’il n’y a pas de son, Venus #1 évolue paresseusement dans son espace, son corps flottant doucement. Venus #1, de par sa perception sonore singulière, nous donne une autre lecture de la musique.

    Toute entité, qu’elle soit naturelle ou artificielle, perçoit et vit le monde d’une manière particulière, elle crée un monde en soi, ce que le biologiste Von Uexkül a nommé l’Umwelt. L’observation de l’Umwelt d’autre entités (un chien, une tique, une mouche…) nous fait percevoir le monde d’une manière différente, mais tout aussi valide que la notre. Les programmes informatiques, par leur perceptions, leur interprétation selon leur système interne propre et leur action sur le monde, créent aussi leur Umwelt. Venus #1 ne perçoit que la musique, qui fait bouger son corps, qui lui-même est une simulation physique dans un univers lui aussi simulé, à la manière des jeux vidéos. Elle vit à la fois dans le monde réel (la musique) et dans un monde immatériel, une simulation, comme tous les algorithmes existants. Sa manière particulière de bouger nous fait écouter la musique différemment, et à la fois nous renvoie à notre nature d’entité ni plus ni moins valide qu’elle, et nous questionne sur la nature de ces algorithmes qui vivent à nos cotés, sont sensibles à notre monde et qui prennent des décisions.