Esthétique de la Cause

Antoine Schmitt
30 octobre 2001

Ebauche de définition

L’esthétique de la cause tend à traiter non pas de la chose perçue, mais de sa cause. Du point de vue de la création, il s’agit pour l’artiste de travailler dans l’univers de ce qui cause l’objet perçu plutôt que de travailler l’objet lui-même, donc de se placer en amont de l’objet. D’un point de vue critique et analytique, on s’attachera à l’étude non pas de l’objet lui-même, mais de ce qui le cause. Le champ de perception de l’objet d’art se trouve ainsi étendu dans le temps ou dans une autre dimension de causalité, vers ce qui cause l’objet perçu.

Par objet d’art, on entend tout manifestation artistique perçue ici et maintenant, quel que soit le sens par lequel elle est perçue (vue, ouïe, etc…), et ceci sans aucune limite.

Cause et art

L’esthétique de la cause donne une grille de lecture à :
l’esthétique relationnelle
l’interactivité
la synesthésie
l’art algorithmique

L’esthétique de la cause ne nie pas l’objet d’art, la cause elle-même étant objet d’art.

L’esthétique de la cause est récursive :  elle s’applique à elle-même en amont et en aval. En amont, elle mène à la cause première. En aval, à la cause finale.

Cause et temps

L’esthétique de la cause s’ancre dans le temps, du passé vers le présent, mais aussi du présent vers le futur. Et du futur vers le présent. Elle se nourrit aussi dans les autres dimensions causales comme la logique ou la physique.

Histoire de la Cause

Victor Hugo parle de la « grande Cause » (Dieu).

Aristote parle des 4 causes, réponses à la question « pourquoi » ? La cause naturelle (causalité déterministe), la cause symbolique (c’est écrit, désigné), la cause constitutive (physique) et la cause finale (le but, l’objectif).

L’esthétique de la cause renvoie à la cause finale, à la volonté. En cela, elle entre en résonance avec la cybernétique (feedback).

Développements

L’esthétique de la cause est un nouveau champ artistique. L’esthétique traite du beau. Etymologiquement, esthétique vient de sensation.

Il s’agit de « montrer la cause ». Il peut y avoir plusieurs causes. Ou au contraire une absence de cause. Ou une cause mystérieuse, ou sous-entendue. L’inattendu n’a pas de cause.

La cause peut être l’objet lui-même.

Le spectateur est en relation avec la cause, à travers l’objet. Il est ainsi plongé dans la même dimension que la cause (le temps, la force logique).

Il y a un langage de la cause. (causer de la cause – la cause cause).

Certaines choses sont leur propre cause. Elles contiennent leur propre futur. Les objets inanimés sont leur propre cause. La limite entre l’être et le non-être serait-elle que l’être contient sa propre non-cause.

La cause. Le mystère. Inattendu. Non inoffensif. La surprise. L’étonnement. L’indéterminé.

La causalité. Le déterminisme.